Assassin’S Creed 3 – La saga de la promesse et de la déception (Attention Spoiler!)

ATTENTION Spoiler . J’ai fini l’aventure… déjà… J’ai retardé les rendez-vous de synchro au maximum, mais plus rien à faire à part chassé, faire un peu de guérilla sur des patrouilleurs qui sont maintenant des patriotes pour qui j’ai conquis les forts de la frontière (aucune reconnaissance Lol) et révélé la carte dans les secteurs inutiles du jeu. Me reste un courrier à New York…« Merci »… Aussi quelques livraisons de marchandise qui nous donnent 1000£ alors qu’on a plus que le double en vendant les mêmes articles au magasin général. Me restent aussi les pivots de l’hacking de l’animus, à voir. A oui y a le commerce… mais pour acheter quoi ? 1000£ pour une église, 1000£ pour une auberge, 8000£ pour une arme moins performante que celle a 1150£. De toute façon un coup que le navire est rénové, on perd rapidement le reflex de faire du commerce. Bref… Bref… un mot que je vais réutiliser souvent… bref.

L’espoir ! Enfin ça commence! euh… merde, non ça continue. Séquence 11.

Bon l’aventure prometteuse du faufilement dans le fort de la séquence 11 pour tuer Charles Lee est la plus pouêt jamais vue dans un jeu. Bon allons à la rencontre de La Fayette dans les tunnels… J’ai n’est pas fait le test mais je pense que vous n’avez pas besoin d’avoir exploré les tunnels…en fait vous n’avez pas besoin de grandes choses finalement. BON ça commence, accès par un puits, on se débarrasse du premier garde, ça semble prendre forme… yes!. Allons allumer notre petit feu…
Déception, pas besoin de stratégie, c’est fait en un rien de temps.

Bang bang boum… le plan de faire tirer des boulets sur le fort, tourne mal pour Connors… à partir de là on ne contrôle plus grand-chose, il est blessé, il doit éviter les gardes, mais quels gardes?! Après un déplacement dans un tunnel en chemin tracé d’avance de flou et d’effets inutiles, je me rends au bout sans encombre et étourdis, les soldats sont placés en U vers la cible. Je suis en maudit. Je laisse échapper quelques tabarnak, et… Ciel mon père! Et ce n’est pas au lit avec une dame ou un soldat qu’il me trouve, Connors est frigide et dépourvu de désirs et d’émotions, ne vous attendez pas à un scandale de ça part, je m’ennuie d’Ezio, mais ça c’est une autre histoire. Bref, petit jeu de bouteilles… oublié le combat singulier avec Ethan appuyez sur X et pouf… il est mort… c’est fini? Ethan est mort . Ben oui il est mort … “he ben coudonc”. Continuez le chemin décidé d’avance, allez aux funérailles d’Ethan, Charles Lee vous capture encore une fois et part, tuez quelques gardes et passé à la Séquence 12.

Séquence 12, lâchez votre manette, allumez-vous une clope. Oubliez les choix, ne passer pas Go et rester sur le chemin de fer.

Là ça déboule, Ubisoft a décidé que pour le prix que vous avez payé c’était suffisant. La poursuite de Charles Lee va vous laisser un gout amer. Vous le retrouver au port, et là il se sauve, la poursuite se fait dans un bateau en feu , les objectifs de synchro sont pratiquement impossibles à réaliser, évidemment comme la plupart des poursuites vous courez un peu pour rien car vous ne pouvez pas atteindre votre cible avant la destination du scénario. Connors est encore blessé, Charles Lee est blessé aussi et se sauve. Marché clopin clopan jusqu’à la brasserie, prenez un coup avec Charles et ne pesez même pas sur X. Charles est mort… ben oui c’est fini, ou presque.

Vous ne reverrez pas Washington, Franklin, Lafayette, Revere ou encore la sage du village même dans le mini-épilogue après les crédits. C’est fini. Dans l’épilogue vous remarqué la naissance de l’esclavage, les habitants du village Mohawk sont parties on ne saura jamais ce qu’ils ont pensé du fait que vous avez assassiné (sans possibilités de choix) votre ami d’enfance Kanen’tó:kon, ce qui me semble passablement grave moralement. Avoir eu le choix je lui aurais laissé la vie avec espoir de réconciliation… mais c’était peut-être plus simple qu’il meurt j’imagine… Bref une fin où vous aurez peu besoin de votre manette, l’aventure se termine comme un film… mais si je voulais un film c’est ce que j’aurais acheté… un film… Bref

Bientôt la fin de l’histoire de Desmond Miles.